Accueil > Les actualités > Bienvenue à Camille Besset et Bertrand Cochard

Bienvenue à Camille Besset et Bertrand Cochard

15 juillet 2013

Bienvenue à Camille Besset et Bertrand Cochard

Bertrand Cochard s’attèle depuis juin à un nouveau service pour les collectivités : la plateforme des informations géolocalisées. Alors que Camille Besset a pris la responsabilité du services achats, après le départ en retraite de Gilbert Capeillère.

Camille Besset

Camille Besset, le nouveau visage du service Achats

La jeune ardéchoise prend la responsabilité du service Achats, après le départ en retraite de Gilbert Capeillère, l’un des plus anciens agents des Inforoutes. Un mois de tuilage, diverses formations et l’appui de ses nouveaux collègues ont permis à Camille Besset de prendre ses repères. Elle revient sur son parcours et son nouveau travail.

Quelle est votre formation ?
Je suis titulaire d’un baccalauréat littéraire. J’ai un BTS (bac +2) en management, dans le commerce, que j’ai effectué à Valence. J’ai travaillé un peu dans l’assurance mais mon poste aux Inforoutes est le premier. J’ai signé un CDD de trois ans, dans le cadre des emplois d’avenir.

Comment êtes-vous passé du management aux achats ?
Les missions m’intéressaient, d’autant plus que ça me permet de rester en Ardèche, là où j’ai grandi. C’est vrai aussi que c’est compliqué de trouver du travail alors ce poste aux Inforoutes, c’était une belle opportunité. Le tuilage avec Gilbert a été bénéfique. En un mois, je ne peux pas connaître tout le matériel. Par contre, pour les logiciels, j’ai pu faire le tour. Gilbert m’a aussi donné de bons conseils.

Concrètement, quel est votre travail ?
Au début, c’était une grande découverte. Mon travail consiste à gérer le matériel, c’est loin du management, ma formation initiale. Il y a des contacts avec les fournisseurs et finalement assez peu avec les communes. On a un système interne de gestions clients et c’est à partir de là que je fais les commandes. J’ai encore un peu de mal avec le langage de mes collègues mais je m’améliore. Je collabore beaucoup avec les techniciens, avec Ludovic Bayle et Magaly Dias aussi. Il y a des côtés moins sympathiques, comme gérer les litiges mais de manière générale, c’est un travail intéressant.


Bertrand Cochard

Bertrand Cochard, nouvel animateur SIG des Inforoutes

Depuis le 17 juin, Bertrand Cochard s’attèle à un nouveau service attendu des collectivités : la plateforme des informations géolocalisées. Depuis plus de vingt ans il baigne dans ce domaine. Il nous explique quelles sont ces missions au sein des Inforoutes.

Quel est votre parcours ?
À la base, je travaillais dans l’informatique. Mon premier travail était dans un service d’informations géolocalisées et ça m’a tout de suite intéressé. C’est un domaine qui bouge beaucoup. J’ai travaillé pendant 15 ans au Ministère de la Défense puis de 2007 à maintenant au Conseil Général de l’Ardèche. J’y étais responsable SIG au niveau départemental.

Depuis le 17 juin 2013, vous êtes aux Inforoutes. Dans quel but ?
Il s’agit de mettre en place la plateforme départementale dédiée au SIG et initiée par le Conseil Général. Elle permet d’accéder à l’ensemble des services autour du SIG, comme la mise à disposition de données, la visionneuse...

Concrètement, qu’est-ce qui a déjà été fait ?
Il y a eu en amont pendant deux ans une phase d’études puis un marché public a été lancé et c’est Business Geographic, une entité de Ciril, qui a été retenu. Depuis quelques semaines, on a commencé la mise en œuvre. Des formations ont été réalisées, à la fois au niveau grand utilisateur et administrateur. Il y a eu de bons retours, ainsi que quelques soucis mais rien d’insurmontable.

Quand les communes pourront-elles utiliser cette plateforme ?
La mise en ligne est prévue courant septembre, ce qui va me laisser peu de vacances... Après la mise en ligne, il restera le plus gros du travail c’est-à-dire l’animation. L’outil seul ne suffit pas. L’animation consiste à assister les utilisateurs, développer les bonnes pratiques, informer des nouveautés... Des cycles de formation sont également prévus dès la rentrée. Ils se feront en partenariat avec le SDIS, qui interviendra notamment auprès des centres d’intervention comme les pompiers, qui sont intéressés par ce SIG.

[Aller en haut de page]