Accueil > Les actualités > « Au travail j’y vais autrement » : le SIVU des Inforoutes a relevé le challenge

« Au travail j’y vais autrement » : le SIVU des Inforoutes a relevé le challenge

5 juin 2012

« Au travail j'y vais autrement » : le SIVU des Inforoutes

La Région Rhône-Alpes en collaboration avec l’ADEME organisait le 5 juin 2012 la seconde édition du challenge régional « Au travail j’y vais autrement » en direction des entreprises et des administrations de Rhône-Alpes. En 2011, 13 000 salariés avaient participé à l’action et 158 907 km avaient été réalisés en mode alternatif. Cette opération a ainsi permis d’éviter l’émission de 4,86 tonnes de CO2 .

Cette année, pour sa première participation, 11 agents du SIVU ont participé, soit 144 km réalisés à pied, en transport en commun ou en covoiturage.

Frédéric Bourdin et Christelle Caille sont arrivés sous le soleil
Frédéric Bourdin et Christelle Caille sont arrivés sous le soleil
Bernard Arnaudon, devant le train qui l’emmène à Paris
Bernard Arnaudon, devant le train qui l’emmène à Paris
Magaly Dias avait chaussé ses tennis pour venir au travail
Magaly Dias avait chaussé ses tennis pour venir au travail
Stéphanie Brunel et Gilbert Capeillère ont utilisé le co-voiturage
Stéphanie Brunel et Gilbert Capeillère ont utilisé le co-voiturage
Le challenge a créé l’opportunité de manger ensemble
Le challenge a créé l’opportunité de manger ensemble
Amandine Renault, sur le chemin du château
Amandine Renault, sur le chemin du château

Un classement régional et local sera établi selon le nombre de kilomètres réalisés en mode de transport alternatif. Les établissements gagnants seront récompensés lors d’une cérémonie régionale le 26 juin, et, pour l’Ardèche, une cérémonie départementale, le 28 juin à Privas.

Dans le cadre de sa politique en faveur du développement durable, le SIVU des Inforoutes apporte son soutien à cette action. Pour Daniel Suszwalak, « cette politique est déjà initiée à travers la promotion du télétravail, les outils collaboratifs, la visioconférence ou l’achat d’un véhicule hybride. Une réflexion générale va également être mise en place pour le renouvellement du parc automobile. »

Le covoiturage est également mis en place aux Inforoutes, avec notamment le site covoiturage.inforoutes.fr. Le 5 juin le SIVU a donc mobilisé largement ses agents à utiliser d’autres modes de transport. Ainsi, la plupart des membres du SIVU ont relevé le défi de venir travailler par d’autres moyens que la voiture individuelle.

Bernard Arnaudon était en déplacement à Paris avec le train : « Au SIVU, on utilise le train pour les grandes distances donc me déplacer avec ce mode aujourd’hui n’est pas exceptionnel. Sinon, je serais venu en vélo au château pour le challenge. Au quotidien, je viens au travail avec ma voiture mais je dépose plusieurs personnes sur la route. Ma voiture est souvent complète. »

Magaly Dias est venue à pied (St Agrève/St Agrève) : « Je n’habite pas très loin mais le plus compliqué a été l’organisation pour les enfants. J’ai dû trouver un co-voiturage pour conduire le plus jeune à l’école. J’ai apprécié l’expérience. La renouveler ? Pourquoi pas ! »

Gilbert Capeillère est venu en co-voiturage avec Stéphanie Brunel (St-Martin-de-Valamas/St Agrève) « Il a suffi de discuter pour se mettre d’accord. Stéphanie m’a rejoint à St Martin et nous avons fait les 17 km jusqu’à St Agrève ensemble. L’expérience sera difficile à renouveler car nous avons des horaires différents. Mais c’était sympathique de discuter avec quelqu’un plutôt que d’écouter la radio. »

Amandine Renault est venue à pied (Annonay/Déomas) : « Il y a environ 2,5km entre mon domicile et mon lieu de travail. L’été, je peux venir à pied, mais l’hiver c’est plus difficile. Il y a des avantages à venir autrement, comme l’aspect environnemental ou financier. Je testerai sûrement le vélo ce week-end, pour voir si le trajet n’est pas trop contraignant."

Frédéric Bourdin est venu à pied (Annonay/Déomas) : « Je suis venu à pied car mon vélo était dégonflé. J’ai la chance d’habiter près de mon lieu de travail. Il m’a fallu dix minutes pour arriver. Avec le retour de l’été, je vais sûrement réutiliser mon vélo mais ce n’est pas toujours facile avec une famille. »

Christelle Caille est venue à pied (Boulieu-lès-Annonay/Déomas) : « Je viens de temps en temps à pied et, pour moi, le principal frein à ce mode, est le temps que cela prend. Je mets cinq minutes en voiture et trente à pied. Mais ce matin je me suis levée plus tôt, pour relever le challenge. La marche m’a permis de me changer les idées, c’était plutôt agréable, tout comme le repas avec les collègues du château. »

Henry-Pascal Eldin et Daniel Suszwalak sont venus en covoiturage (Alissas/Privas). Pascal explique : « Le challenge est une bonne initiative. Je fais régulièrement du covoiturage, au moins une fois par semaine. Pour moi, ce type de transport n’a plus de contrainte, je m’y suis habitué. »

Challenge Mobilité 2012

[Aller en haut de page]